Walter Georges Henri

« On ne peut poser les pieds sur le sol tant qu'on n'a pas touché le ciel. »
Paul Auster
Moon Palace

La méthode Walter Georges Henri

Une méthode qui réconcilie fond et forme

L’écriture, si belle soit-elle, ne servirait qu’à épater la galerie faute de matière pour la charpenter.
La matière, si précieuse soit-elle, resterait muette sans une langue qui a du coffre.
Ce qui lie les deux, c’est le primordial travail de composition.

La proposition de valeur vers laquelle j’accompagne une entreprise fait bien mieux que peser le pour et le contre des froids concepts de telle ou telle théorie.

Exploration, composition, création.
Voici les 3 piliers de la méthode Walter Georges Henri.

Exploration

Chez Walter Georges Henri, conseil et création éditoriale s'élancent toujours d’un dialogue approfondi avec les personnes-clés de l'entreprise. Un dialogue où les digressions sont encouragées, nourries, prolongées.

Lors d'un moment privilégié, chaleureux, bienveillant, ce dialogue se construit de lui-même.

Bien sûr, cette matière forme une forêt dense où se perdrait le manuel du petit-communicant-en-herbe.
Loin de m'y perdre, cette forêt est mon domaine de prédilection.

Composition

Pourquoi cette forêt d'idées et de considérations diverses offre-t-elle une matière si précieuse à votre communication ?

Tout simplement parce que les personnes-clés d'une entreprise ont une connaissance fine et incontournable de leurs prestations, de leurs produits, de leur savoir-faire.

Une matière qui demande à ce que soit posé sur elle un regard extérieur qui sait éclaircir, défricher, élaguer, puis composer.
Ce travail de mise au clair, de défrichage, enfin de composition, est mon délice.

Création

La création, l'écriture, est le bouquet final.

La ligne claire, toujours, afin de donner vie à vos lignes de force.
La verve maîtrisée, puisqu'il est question de mouvement.
La justesse de ton, tout en s'autorisant à avoir du style.

Une méthode qui a une histoire, mon histoire

Être l'homme de l'homme de l'ombre qui illumine votre discours ne s'improvise pas.
Ma méthode puise sa force dans ses racines multiples. Dans mon histoire. Dans ce qui m'a construit personnellement et professionnellement.

Très tôt, mes origines paysannes, haut vosgiennes, fécondes en grandes tables du dimanche, m'ont donné le goût du discours. L'aptitude à l'appréhender. L'oreille à l'affût, j'absorbais les dialogues truculents de mes aînés, dont mes grands-pères Georges et Henri, sur les sujets épars de la vie.
Cette langue savoureuse m'ont doté d'une première botte secrète : le sens de la narration.

7 ans en tant que chercheur associé au sein de l'EDHEC, les nombreux articles publiés dans des revues académiques et des journaux pointus, leur présentation dans des conférences m'ont procuré des défis moins pétillants, mais tout aussi passionnants.
Rendre compréhensibles des concepts complexes m'a doté de ma deuxième botte secrète : le sens de la clarification et de la composition.

Les 160 interviews et portraits de personnalités du théâtre contemporain et du monde culturel, les 250 mises en lumière de pièces que j'ai réalisés pour mon propre média digital sont au cœur de ma méthode d'exploration.
Ces rencontres, ces mises en lumière, par leur profondeur et leur relief, m'ont doté de ma troisième botte secrète : le sens de la découverte d'autrui.

Une méthode qui doit aussi à Haruki Murakami !

Que vient faire Haruki Murakami, le grand romancier japonais, dans ma méthode ?

Eh bien l'un de ces romans, Le meurtre du commandeur, a joué un rôle essentiel dans son perfectionnement.

Au début du roman, le personnage principal exerce le métier de peintre-portraitiste de dirigeants d’entreprise. Une tradition, au Japon.
Ses portraits ont une profondeur inédite.
Car sa méthode est unique : plutôt que de faire poser le dirigeant, il prend des photographies et surtout dialogue avec lui.

La finesse d'observation et le sens du détail qui font partie du génie de Murakami ont aussi une grande influence sur mon travail.

error: Ce contenu est protégé